01/01/1970

Essai Bobber Black - Actumoto.ch

La Bobber Black va un cran plus loin dans la bad attitude, mais reste anglaise.  (Source: Actumoto.ch / Rédacteur: Jérôme Ducret)


Par rapport à la Triumph Bobber apparue en début d’année 2017, la Bobber Black va un cran plus loin. C’est une nouvelle variante qui se veut plus agressive, tant au niveau de son esthétique que de ses caractéristiques de pilotage. Nous avons pu tester cela, durant une journée, au sud de l’Espagne. En passant par la fameuse Sierra de las nieves, au-dessus de Marbella, en Andalousie, et en descendant la célèbre route Ronda-Marbella, à flan de montagne et jusqu’au bord de mer. Les routes de ce test étaient la plupart du temps sèches, avec des passages occasionnels humides et plus glissants, et des revêtement de toutes sortes.


Avant d’entrer dans le vif du sujet, on fera remarquer que l’arrivée de la Bobber dans la gamme Triump a été sans conteste un grand succès. En moins d’une année, la firme anglaise a dû en produire près de 7000. Et selon Miles Perkins, responsable de la gestion de la marque, c’est le modèle de moto qui s’est vendu le plus vite dans toute l’histoire de Triumph!


Côté look, pas de doute, le Bobber Black va un cran plus loin et est plus agressif. Sur cette moto, c’est variations sur le thème du noir. On a le choix entre noir (brillant) et noir (mat), et dans les deux cas, aussi bien les jantes que le guidon, le châssis, les lignes d’échappement, le réservoir d’essence que la surface des cylindres et des carters du moteur … sont noirs. Il y a même le cerclage du porte-instruments qui suit la tendance. La Bonneville Bobber est déjà une machine qui fait forte impression visuelle. Avec cette Bobber Black, c’est encore plus frappant.

En savoir + : Article complet sur Actumoto.ch